logo

Les Amis d'Etty Hillesum

Etty Hillesum
Middelburg 1914 - Auschwitz 1943

ettyettyettyetty English
Español
Accueil > Etty Hillesum > Extraits des Ecrits

Extraits des Ecrits d'Etty Hillesum


Liberté

Liberté

Accepter dans les liaisons un commencement et une fin, y voir un fait positif et non une raison de tristesse. Ne pas vouloir s’approprier l’autre, ce qui ne revient d’ailleurs pas à renoncer à lui. Lui laisser une liberté totale, ce qui n’implique nulle résignation.
Mardi 11 novembre 1941
Les écrits d'Etty Hillesum, Journaux et lettres, 1941-1943 Etty Hillesum  nov-08 Seuil page 2176, page 218

Ce matin en longeant à bicyclette le quai du stade, je m'enchantais du vaste horizon que l'on découvre aux lisières de la ville et je respirais l'air frais qu'on ne nous a pas encore rationné. Partout, des pancartes interdisaient aux Juifs les petits chemins menant dans la nature. Mais au-dessus de ce bout de route qui nous reste ouvert, le ciel s'étale tout entier. On ne peut rien nous faire, vraiment rien. On peut nous rendre la vie assez dure, nous dépouiller de certains biens matériels, nous enlever une certaine liberté de mouvement toute extérieure, mais c'est nous-mêmes qui nous dépouillons de nos meilleures forces par une attitude psychologique désastreuse. En nous sentant persécutés, humiliés, opprimés. En éprouvant de la haine. En crânant pour cacher notre peur. On a bien le droit d'être triste et abattu, de temps en temps, par ce qu'on nous fait subir ; c'est humain et compréhensible. Et pourtant, la vraie spoliation c'est nous- même qui nous l'infligeons. Je trouve la vie belle et je me sens libre.
Samedi 20 juin 1942, minuit et demi.
Les écrits d'Etty Hillesum, Journaux et lettres, 1941-1943 Etty Hillesum  nov-08 Seuil page 607

Nous devons apprendre à nous affranchir -et de plus en plus- des besoins physiques autres que les plus fondamentaux. Nous devons éduquer notre corps à ne rien nous réclamer qui ne soit le strict nécessaire, surtout en fait de nourriture, car les temps vont devenir extrêmement durs à cet égard, semble-t-il. Non, ils ne vont pas le devenir, ils le sont déjà. Et pourtant je trouve que nous nous en tirons encore étonnamment bien. Mais mieux vaut se former soi-même volontairement à l’abstinence en temps de relative abondance, que de le faire contraint et forcé en temps de disette. Ce qu’on a obtenu librement de soi-même est plus solidement fondé et plus durable que ce qui s’est développé sous la contrainte…Nous devons nous affranchir suffisamment des choses matérielles et extérieures pour permettre à l’esprit de poursuivre sa voie et de faire son œuvre en toutes circonstances. Donc : fini le chocolat, place au babeurre ! Mais oui !
Dimanche 21 juin 1942
Les écrits d'Etty Hillesum, Journaux et lettres, 1941-1943 Etty Hillesum  nov-08 Seuil page 609

Quand il (a) m'a dit : "Maintenant, j'ai besoin d'une heure à moi". J'ai ressenti la même tristesse que s'il m'avait fallu le quitter pour toujours. Une soudaine vague de mélancolie déferle dans ma tête. Oh, laisser celui qu'on aime entièrement libre, le laisser vivre sa vie, c'est la chose la plus difficile du monde.
Dimanche 5juillet 1942
Les écrits d'Etty Hillesum, Journaux et lettres, 1941-1943 Etty Hillesum  nov-08 Seuil page 657

En apparence, nous étions condamnés à une passivité totale, mais qui pouvait nous empêcher de mobiliser nos forces
intérieures ?
Fin décembre 1942 Amsterdam, Lettre à deux sœurs de La Haye
Les écrits d'Etty Hillesum, Journaux et lettres, 1941-1943 Etty Hillesum  nov-08 Seuil page 824

Ce matin, en faisant ma toilette avec une de mes collègues, je lui ai ouvert mon cœur et lui ai dit à peu près ceci : "Les champs de l'âme et de l'esprit sont si vastes, si infinis, que ce petit tas d'inconfort et de souffrances physiques n'a plus guère
d'importance ; je n'ai pas l'impression d'avoir été privée de ma liberté et, au fond, personne ne peut vraiment me faire de mal."
Oui, mes enfants c'est ainsi, je me sens pénétrée d'une étrange sérénité mélancolique.
Westerbork,  lettre à Han Wegerif et autres,
Mardi 29 juin 1943
Les écrits d'Etty Hillesum, Journaux et lettres, 1941-1943 Etty Hillesum  nov-08 Seuil page 857-858

Liberté

Le plus libre de tous les hommes est celui qui peut être libre dans l’esclavage même.
Fénelon

Etre libre, c'est pouvoir garder de façon constante une distante par rapport au monde, ne pas être happé immédiatement dans la "toile d'araignée du sens" idéologiquement préfabriquée.
Etre libre, c'est garder une interrogation devant le monde et être capable de voir en lui, à chaque fois, l'aube qui recommence.
Marc-Alain Ouaknin  "C'est pour cela qu'on aime les libellules" Ed Calman-Lévy

Nous sommes libérés par ce que nous acceptons, mais nous sommes prisonniers de ce que nous refusons.
Swami Prâjnanpad

La liberté est choix.
Jean-Paul Sartre

(a) Julius Spier

Textes choisis par Jeanne-Marie Ménard

Merci d'envoyer vos remarques et suggestions à : lireettyhillesum@gmail.com

S'abonner à la lettre d'information - Adhérer à l'association

Haut de page

WebAnalytics